Avril 2011 MOISSAC/RONCEVAUX en 15 jours

abbatiale de moissacL'objectif assigné pour 2011 était d'arriver à Roncevaux. Ce choix est motivé par le fait que nous préférons faire la montée de Roncevaux à chaud, c'est à dire après quelques étapes de marche plutôt qu'à froid c'est à dire en débutant à partir de St Jean Pied de Port pour une nouvelle épopée sur le chemin.Abbaye de Roncevaux Les dates de notre périple étaient arrêtées depuis quelque temps: 2eme quinzaine d'avril, choix pas très heureux car c'était en pleines vacances scolaires de Pâques; mais la date et le temps imparti étaient contraints par la pèlerine Gilou toujours en activité professionnelle. Dilemme: Nous avons retenu des expériences précédentes que la longueur des étapes ne doit pas excéder 25 km; donc Moissac/St Jean en 13 ou 14 étapes? Le découpage des étapes milite pour 14 étapes, soit! nous partirons pour 15 étapes avec l'arrivée à Roncevaux. le départDébut avril Christian effectue les réservations pour les hébergements; et là quelques difficultés commencent, car à cette période, vacances scolaires et week-end de Pâques, ont amené des pèlerins sur le chemin. Nous avons du sortir 2 fois du chemin pour trouver des hébergements.

Les pèlerins partants sont: Bruno, Robert, Gilou, Jojo, Christian; Jacquot et Marie-France déclinent suite à des problèmes musculaires. Ils nous rejoindront pour les deux dernières étapes. Le samedi 16 avril, en bus, puis en train nous rejoignons Moissac. A 20 h nous arrivons au gite de l'ancien Carmel. Très bonnes prestations, étape à recommander, la gestion courante du gîte est assurée par des bénévoles, pèlerins souvent, en équipes tournantes en période de quinze jours environ.

Etapes Moissac/St Jean Pied de Port
Etape Date Distance Temps Hébergement Nom
Moissac 16 avril 2011 Gite d'étape Ancien Carmel 05 63 04 62 21
Auvillar 17 avril 2011 20,5km 5h30 Chambre d'hôtes Maison Dassonville 05 63 29 07 43
Castet-Arrouy 18 avril 2011 22,3 km 5h40 Chambre d'hôtes Chez Nat 05 62 29 19 40
Marsolan Caudet 19 avril 2011 19 km 5h30 Chambre d'hôtes Danuta Karpinska 05 62 68 87 95
Condom 20 avril 2011 26 km 6h50 Chambre d'hôtes Les Angelots 05 62 28 82 02
Lamothe 21 avril 2011 26 km 6h50 Gite d'étape Chez Fritz 05 62 09 40 65
Nogaro 22 avril 2011 26 km 6h40 Chambre d'hôtes Clotilde Guédy 05 62 09 08 95
Aire-sur-l'Adour 23 avril 2011 26,2 km 6h50 Hotel Hôtel de la paix 05 58 71 60 70
Miramont 24 avril 2011 20,2 5h25 Chambre d'hôtes La maison du Bos 05 58 79 93 18
Fichous-Riumayou 25 avril 2011 23,5 6h Chambre d'hôtes Mme Geyre à Morlane 05 59 81 60 38
Arthez de Béarn 26 avril 2011 20,5 5h Gite d'étape Gite boulangerie Broussé 05 59 67 74 46
Bugnein 27 avril 2011 22,6 5h chambre d'hôtes Le grand saule 05 59 67 33 39
Lichos 28 avril 2011 22,2 5h Chambre d'hôtes Mme Routier Maison Montalibet 05 59 28 85 53
Ostabat 29 avril 2011 27,6 6h50 Gite d'étape Auberge Ametzanea 05 59 37 85 03
St Jean Pied de Port 30 avril 2011 22,4 5h10 Chambre d'hôtes Maison Bernat 05 59 37 23 10
Roncevaux 1 mai 2011 26,9 km 7h Retour Ostabat Ferme Gaineko-Etxea 05 59 37 81 10

Confluent du Tarn et de la Garonnecanal de GolfechDimanche 17 avril.
Départ 8h. Nous prenons le ravitaillement pour midi sur le marché de Moissac. le beau temps est avec nous, le chemin suit le canal qui longe le Tarn, magnifique. La facilité serait de continuer mais nous sommes là pour faire le chemin , donc nous prenons la direction de Boudou; le chemin est très vallonné et serpente entre les vergers et les vignes, mais la récompense est au bout: superbe vue sur la confluence du Tarn et de la Garonne. Pause repas au bord du canal à Malause. Puis un café à Pommevic. Les 5 km qui suivent, dans la plaine inondée de soleil, sur le bitume n'ont rien de plaisant. C'était un dimanche, heureusement! parait-il car sinon le trafic routier (camions) est déplaisant pour les pèlerins.Eglise la nuitAuvillar halles Un dernier coup de rein après avoir traversé la Garonne à Espalais et nous voila à Auvillar avec sa très belle halle circulaire. Il est 15h30 et nous voilà arrivant en pleine manifestation festive dédiée aux arts créatifs: Jojo et Gilou sont à la fête et vont faire le tour des exposants. Très bon accueil aux chambres d'hôtes Dassonville avec de bonnes bières bien fraiches. Une bonne adresse, de qualité. Le repas pèlerin au restaurant du Tourisme est incontournable et d'un très bon rapport qualité prix. Ce soir là, tous les clients sont des pèlerins. Nous rencontrons là des pèlerins que nous allons voir plus loin sur le chemin. Moissac est un départ classique et Auvillar une très bonne première étape.

Retour tableau étapes

statuettestatuettestatuettestatuettestatuette

Statue St Jacques \303\240 Auvillarpaysage du Gers Lundi 18 avril.
Auvillar/Castet-Arrouy. Après un petit déjeuner très sympa nous quittons nos hôtes vers 8h. La nuit a été réparatrice et le premier jour de marche n'a pas laissé trop de traces. Pour sa part, Christian s'est fracturé le petit doigt du pied une semaine avant le départ (une bêtise, marcher pieds nus sur la plage!) Une visite chez le docteur, une provision de VOLTARENE cachets et pommade, du CLARADOL , et ça devrait passer. Croix dans les champs Bon pour le premier jour c'est passé, un peu plus difficile dans les descentes.
Nous sommes lundi et ici tous les commerces de bouche sont fermés. A St Antoine, un petit café et quelques provisions. Nous sommes dans le Gers, il fait beau, le chemin est très vallonné. Pause repas un peu avant Miradoux, en haut de la dernière et éprouvante montée avant le village. Nous arrivons à Castet-Arrouy vers 15h. Nous avons réservé des chambres d'hôtes, chez Nat ; Nat est nouvelle et a repris un hébergement existant. Une bonne bière, la douche , une petite lessive, les soins des pieds (un rituel de tous les jours. Nous faisons une petite ballade dans le hameau, un petit apéro, et un repas sympa, nos hôtes mangent avec nous . Un ami de Robert originaire de Astafort tout proche nous a rejoint pour la soirée. Il nous parle longuement de Francis CABREL avec qui il a été conseiller municipal.

Retour tableau étapes

Cathédrale de LectoureChamps d'aulxMardi 19 avril.
Départ à 8h, Nat fait quelques pas avec nous pour promener son chien. Toujours du beau temps; rapidement nous apercevons au loin la tour caractéristique de la cathédrale de Lectoure, mais nous allons marcher encore un bon bout de temps avant d'y arriver, traversant les champs plantés d'aulx. Nous visitons la cathédrale, achetons un peu de ravitaillement pour midi, puis nous quittons Lectoure. Pour la pause pas d'autres ressources que se poser sur le chemin sur l'herbe, midi c'est midi et les organismes ont besoin de repos! Ah quitter les chaussures et mettre les pieds à l'air pendant la pause! Pour l'hébergement de ce soir nous devons sortir du chemin, le gite l'enclos du Tabus à Marsolan est complet depuis longtemps m'a-t-il été précisé lors des réservations.Statue St Jacques \303\240 LectoureLe tipi de Danuta Donc un peu avant Marsolan nous tournons à gauche pour rejoindre Caudet. Arrivée au gite vers 15 h 30, une superbe demeure isolée dans la campagne vallonnée entourée de champs; nous sommes en chambres d'hôtes chez Danuta Karpinska, un couple d'anglais établis ici. C'est la dame qui accueille, Robert qui maitrise l'anglais (forcément il en a vécu toute sa vie professionnelle en tant que prof d'anglais) fait l'interprète. Il en ressort que Gilou, Jojo et Christian dormiront dans un tipi (un vrai tipi de chez tipi), Robert et Bruno dans une très belle chambre d'hôtes et que l'eau chaude de la douche est d'origine solaire donc a économiser si nous voulons tous en avoir. Une boisson d'accueil. Une très belle fin d'après midi avant un repas (beignets de petits légumes et pâtes bolonaises, et du vin! étonnant pour un repas à l'anglaise) servi dehors sur la terrasse.

Retour tableau étapes

Collegiale de La RomieuCloitre Mercredi 20 avril.
Le bilan de la nuit en tipi: confortable mais spartiate, pas de toilettes intérieures ni de sanitaires évidemment, la nature est très proche et la douche à 20 m. Nous n'avons pas eu froid, seul le bruit de lanières en cuir au sommet du tipi battant sur la toile a perturbé un petit peu le sommeil. Mais pour le coup le prix demandé est un peu excessif: 25 Euro / pers pour la nuit. L'étape d'aujourd'hui dépassant les 26 km nous partons un peu plus tôt. Nous sommes au quatrième jour et dit-on une fois les trois premiers jours passés tout va bien. Las, Jojo démarre avec une violente douleur à l'aine: un blocage qui la fait souffrir à chaque pas: VOLTARENE oblige pour pouvoir avancer. A l'arrivée de l'étape, à Condom, dans une pharmacie, au vu du symptôme, le pharmacien diagnostiquera un encombrement du foie et lui donnera un médicament adéquat. Au détour du chemin nous découvrons la collégiale de La Romieu. Déception: les visites de la collégiale sont payantes, et nous n'avons pas le temps de faire une visite détaillée, comme en d'autres lieux nous voulions juste jeter un coup d'oeil.chapelle Ste GermaineCondom Une photo du cloitre, volée à travers une grille, un ravitaillement et nous voila repartis non sans que Jojo ait pris des photos de statues de chats disséminées dans le village en mémoire à la légende des chats. Pause de midi à Castelnau sur Avignon et un petit café tout à coté de l'aire de pique nique au gite tout proche. Arrivée à Condom à 16h. Nous prenons nos quartiers aux Angelots, des chambres d'hôtes de très haute qualité. Une petite bière en ville et puis nous allons prendre le repas avec nos hôtes et un couple de touristes qui logeait depuis quelques jours aux Angelots. Et de fait nous voila couchés tardivement car les discussions et échanges duraient

Retour tableau étapes

ChatChat 2Chat 3Chat 4Chat 5

Pont pèlerinCoquillesJeudi 21 avril.
Encore une étape un peu longue nous attend. Le paysage du Gers change et le chemin traverse les champs de colza et les vignes; nous sommes dans le pays de l'armagnac et du du floc, le floc est le vin d'apéritif du coin. Nous franchissons le pont de l'Artigue, pont du XII siècle construit sur les vestiges d'un pont romain, pour les pèlerins. Il reste 1000 km à parcourir pour arriver à Compostelle. A midi pause repas à Montreal du Gers. Pour Jojo, la douleur s'atténue. A 16 h 15, nous arrivons aux relais des pèlerins, chez Fritz Klenert, personnage haut en couleur, à Lamothe. Tout d'abord l'accueil est un peu rude, et la présentation de l'hébergement très rigoureuse: Nous avons des lits superposés, les sacs sont interdits en chambre, et les serviettes et sac à viande personnels sont proscrits.Vignes du GersCoucher de soleil à LAMOTHE Ensuite ça s'adoucit. Le repas du soir est original: Est-ce une soupe ou un plat? des légumes, courge, poireaux, pommes de terre avec de la saucisse type chorizo. Là nous faisons connaissance avec un groupe de pèlerins que nous allons revoir épisodiquement jusqu'à Roncevaux. 4 pèlerins partis individuellement du Puy, objectif St Jacques, un français, un suisse, une suisse, un canadien; ils se sont rencontrés à St Privat d'Allier et depuis marchent ensemble, groupe très disparate au demeurant.

Ancienne voie ferréeMéridien de GrenwichVendredi 22 avril.
Départ à 7 h 30, objectif Nogaro à 26 km. Nous suivons très longtemps une ancienne voie ferrée désaffectée et nous arrivons à Eauze, très jolie bourgade. Ensuite beaucoup de vignes, une pisciculture au bord de laquelle nous faisons la pause de midi. Puis Manciet où nous buvons le café chez le lyonnais. Le chemin aux abords de ce village (l'entrée et la sortie) n'est pas d'une pratique aisée car il se trouve directement sur la route, avec une circulation soutenue.VillageStèle discoidale Jusqu'à présent, dans le Gers le chemin a été fréquemment aménagé en parallèle ou en léger écart des routes. Des arbres ont été plantés tout au long, notamment dans le cadre de l'année Jacquaire 2010. Nous coupons la ligne du Méridien de Greenwich. Nous approchons de Nogaro, et l'on entend les vrombissements des moteurs de voitures. C'est le week-end pascal et traditionnellement des compétitions se déroulent sur le circuit automobile de Nogaro. Notre hôte Clotilde est très avenante, et le gite sympa; nous mangerons des pizzas au resto du coin, dont une au fois gras de canard! C'est le vendredi saint, nous avons fait maigre à midi, mais ce soir il nous faut prendre des forces!

Retour tableau étapes

Chapelle de LaneEgliseSamedi 23 avril.
Encore une longue étape, nous quittons Nogaro sous un ciel gris. Le week-end pascal est annoncé pluvieux. Le paysage du Gers change et la campagne nous parait moins riche que du coté de Lectoure ou La Romieu. Jusqu'à Lane-Soubiran nous entendons les moteurs des voitures. Pause repas à Lulin Lapujolle, il fait gris et il fait un peu frisquet. Nous sommes dans le fief de la famille Castelbajac, dont le grand couturier éponyme. Et de fait la chapelle de Lulin est superbement entretenue, au mobilier exceptionnel: situation cocasse un homme est là qui nous ouvre la chapelle, nous commente la chapelle, nous interdit de prendre des photos, et allume une cigarette dans la chapelle, qui il est vrai n'est pas consacrée. Là nous faisons connaissance de Bernard un pèlerin que nous allons voir ensuite sur le chemin. PanneauMarquage Sol Bernard va jusqu'à St Jean Pied de Port où il doit être le 1er mai pour accueillir son fils qui participe à la course Ultra trace de St Jacques, 740 km en 12 jours; bel exploit! Une pluie fine va nous accompagner jusqu'à notre arrivée à Aire sur Adour. Notre hébergement: l'hôtel de la Paix, un très vieil hôtel de province, Maryse la patronne , une figure, le verbe haut et toujours de bonne humeur. Pour les chambres , c'est vieillot de chez vieillot! mais propre et net toutefois. Pour le repas du soir, une adresse incontournable le restaurant l'Ahumat et son menu spécial pèlerin avec sa soupe, vin compris 14 Euros.

Retour tableau étapes

Dimanche 24 avril.
Pour ce dimanche de Pâques le hasard de la planification nous a octroyé une étape plutôt courte: 20 km. Nous partons à 8h30, dimanche oblige. Christian va faire un tour en ville pour voir la cathédrale St Jean Baptiste pendant que le reste de la troupe s'élance.Arbre en fleurs Le chemin fait un détour très agréable sur les bords du lac. puis ce sont les immensités landaises avec des champs de mais à perte de vue. pour notre bonheur visuel , le maïs germe à peine et nous pouvons admirer les paysages, fermes et villages en deuxième plan. Aux échos de pèlerins plus tardifs en saison, le chemin dans les champs quand le maïs est adulte, est très monotone et languissant. Ici sur certains secteurs le chemin est bordé d'arbres fruitiers récemment plantés et qui un jour, souhaitons-le, feront de l'ombre aux pèlerins et leur donneront des fruits à déguster.pause repas Pause repas après Latrille, à l'abri du soleil dans un appentis d'une vieille ferme abandonnée; là nous retrouvons Bernard, et un jeune couple qui a laissé , le temps des vacances leurs 2 enfants aux grands parents pour faire un bout du chemin. Bruno avait acheté une bouteille de vin hier, et nous la dégustons tous ensemble (c'est dimanche!).Maison du Bos Plus loin sur le chemin, soudain une voiture s'arrête, c'est le curé du village qui rentre de son office et probablement de la collation offerte par ses ouailles, il nous salue et nous fait un brin de causette; nous saurons qu'il va aller , à 16 h, voir le match de rugby de l'équipe de Miramont. A 14 h nous arrivons à la ferme du Bos (il faut sortir du chemin et faire environ 700 m pour trouver cette admirable demeure dans les champs environnants).Piscine Un lieu idyllique, des chambres de qualité, de l'espace, et une piscine que nous nous empressons d'utiliser après avoir fait notre rituel: douche, soins des pieds et petite lessive. l'eau est à 21°, le soleil est chaud Bruno ,d'abord puis Christian se laissent tenter, super!!!; Une petite bière pour se désaltérer, puis un petit vin blanc (du Tursan, un excellent vin moelleux des Landes) offert par nos hôtes. Le repas pris en commun avec tous les hôtes de ce jour, les pèlerins, nous et Bernard, et des touristes qui ont profité du week-end de pâques pour s'offrir une escapade en pays Landais dans ce merveilleux endroit. Comme les Angelots à Condom, la maison du Bos ici et nous en verrons d'autres plus loin, ce type d'hébergement est du haut de gamme pour un pèlerin. Ce n'est pas le gite communal à 7/9 Euros la nuit et pour le repas c'est la table d'hôtes bien garnie et non les pâtes et en cas rapide du pèlerin de base, mais nous mettons en application le proverbe qui dit :qui veut aller loin ménage sa monture!

Retour tableau étapes

Panneau signalEgliseLundi 25 avril.
Lundi de Pâques, pour nous pas de jour férié. La nuit a été excellente, le petit déjeuner à la hauteur, nous démarrons à 8h30; les paysages sont superbes mais très vallonnés. Les sites traversés sont très beaux, l'église de Sensacq, la collégiale de Pimbo, le village Arzaq de type bastide ( place centrale carrée). Une belle histoire à Arzaq: nous cassons la croute un peu avant le village, en souhaitant ensuite boire un café au village. las! tout les cafés sont fermés; Une pâtisserie est ouverte, Robert y pénètre, puis nous appelle pour nous dire que le boulanger nous offre le café. Nous acceptons et nous nous retrouvons dans la cuisine, arrivent le père et la mère du boulanger qui nous servent le café; pour faire bonne mesure nous commandons au boulanger des gâteaux et voilà qu'il nous amène un plateau avec une dizaine d'éclairs au café et au chocolat ainsi que des oeufs de Pâques en chocolat. Le Papa nous apprend qu'il est bénévole à l'accueil des pèlerins au gite communal. Le gite communal, d'une trentaine de place a accueilli en 2010 3800 nuitées, pèlerins et groupes ; Le fonctionnement de ce gite est en conséquence avec un permanent qui loge sur place et tous les jours 1 personne pour la cuisine et 1 personne pour le ménage et tout ça avec du personnel communal ! Une réussite, ce gite a très bonne réputation. Vache humoristiqueIl faut repartir et là pas question de payer quoique ce soit! et en prime la Maman nous donne une fougasse de Pâques, spécialité de la région. Notre objectif, Fichous-Riumayou est encore à 10 km, toujours de beaux paysages vallonnés, long passage du chemin en crête. Le temps passe à l'orage, le tonnerre gronde soudain, un raidillon sévère avant d'arriver, les filles s'affolent, accélèrent l'allure, puis explosent dans la montée. 17h nous arrivons et nous nous abritons sous l'auvent de l'église de Fichous. A peine arrivés et à l'abri, l'orage éclate et il pleut à verse.Château Ce soir nous devons sortir du chemin et aller à Morlane à une quinzaine de km de Fichous, pour manger et dormir; Christian appelle nos hôtes: ils viennent nous chercher en voiture; en attendant nous dégustons la fougasse offerte. Nous gitons dans un appartement tout équipé. Bruno se bat toute la soirée avec le sèche-linge sans obtenir un quelconque résultat de séchage; il faut avouer que Christian avait précisé que son linge était délicat, le sèche-linge ne sait pas faire. Le résultat sera plus probant le lendemain matin quand Bruno aura sélectionné un séchage normal. A Morlane , très belle église fortifiée et un beau château restauré. Repas du soir à la ferme auberge pour un menu succulent: soupe, foie gras, magret de canard, patates poêlées, et crêpes glacées en dessert, un régal pour le pèlerin. Nous avions réservé le repas en même temps que le gîte et nous disons merci à notre hôte car l'auberge est normalement fermée le lundi soir.

Retour tableau étapes

Mardi 26 avril
Du pain grillé au petit déjeuner, un bonheur pour Gilou!.Eglise Départ 8h00, retour en voiture à Fichous. Le temps est gris. Attention, pas de ravitaillement jusqu'à Arthez, et hier, lundi de Pâques tout était fermé, nos hôtes nous donnent un bout de pain. Larreule, l'église St Pierre est le seul vestige d'une ancienne abbaye. Dans d'immenses champs, là aussi le maïs est naissant, et nous imaginons à nouveau que, lorsque le maïs est adulte, le champ de vision du pèlerin est très réduit et peut mener à une certaine monotonie du chemin. Nous arrivons à Pomps pour manger à midi.Poules L'épicerie est ouverte à partir de 11h30. Le gîte communal est ouvert et à disposition; Robert nous fera un bon café avec les ingrédients ainsi offerts. Nous mangeons en compagnie de l'épouse de Bernard, elle le suit en voiture et le rejoint chaque soir à l'étape. L'après-midi une pause à la chapelle de Caubin et son admirable gisant,le lieu est magnifique, vestige de l'ordre des hospitaliers, autrement dit les chevaliers de Malte. Arrivée à Arthez-de-Bearn à 16h, et là l'embrouille commence. Nous devons loger aux "gîtes du boulanger".Panneau chatNous nous présentons sur les lieux, à l'entrée du village, personne à l'accueil, nous téléphonons, il nous est répondu que le gite est plein et qu'il faut monter en centre-ville pour un autre hébergement.Chapelle de Caubin Le boulanger nous accueille, nous indique qu'il a un problème de réservations et nous propose son plan B: Un appartement très (mais très) vétuste et limite craignos (salle de bain 1er étage). Un peu pincés, nous nous installons sans trop nous étendre et utilisons pour la première fois notre bombe anti-punaise de lit. Une bière au bar du coin, Un repas du pèlerin avec moultes pâtes à l'auberge du Bourdalat dont nous avions rencontré le patron en centre ville qui nous avait indiqué son auberge, du consistant et pas cher du tout. Nous mangeons en compagnie d'un pèlerin parti du Puy le 1er avril et qui nous dit avoir d'énormes problèmes d'ampoules à ses pieds, est allé aux Urgences, a vu plusieurs médecins , mais continue malgré tout, en nous précisant qu'il va à Compostelle par le chemin du nord. Nous aurons l'occasion de le revoir. Et nous voilà parti pour une nuit quelque peu craintive et perturbée , d'autant que nous sommes situés à l'intersection de rues avec passages de camions. Arthez est un village tout en crête et en longueur, à proximité du centre industriel de Lacq et au passage d'un trafic routier important.

Retour tableau étapes

Mercredi 27 avril.
La nuit s'est relativement bien passée. Et nous voilà aller déjeuner à la boulangerie avec croissants et pain frais sauf pour Bruno qui pense avoir eu un pain aux raisins un peu rassis. Il est 8h et nous voilà repartis. Nous voilà cheminant avec un groupe de pèlerins qui nous apprennent que le gîte du boulanger était vide la veille, ne les accueillant qu'eux mêmes;Abbaye de Sauvelade Panneauà priori une erreur du boulanger dans ses réservations qui l'a conduit à laisser son gite presque vide et à nous loger de façon très aléatoire et, pour ajouter à notre dépit, nous apprenons que le gite était super sympa, très moderne et bien équipé. Soudain Christian ressent un manque !!! le chapeau , oublié à la boulangerie; Un coup de téléphone, le boulanger répond et se propose de venir nous ramener le chapeau; Très sympa, merci à lui. Petite pause à l'abbaye de Sauvelade où nous buvons un café; superbe abbaye dans un lieu magnifique.Plus loin, à une intersection, nous rencontrons des pèlerins qui empruntent les routes directes pour relier les étapes, prétextant sans doute que le GR 65 est plus tortueux, quelle drôle d'idée! Nous arrivons à notre étape du soir: Le Grand saule à Bugnein.Biquette BugneinNous sommes en pleine campagne dans un coin super calme et charmant, le téléphone portable ne passe pas. Robert n'aura pas son petit bisou téléphonique du soir! Nos hôtes sont plutôt discrets, ils nous ont préparé le repas du soir (excellentes cuisses de canard) et le petit déjeuner, puis se sont retirés. Le calme du lieu a été un peu perturbé par notre hôte qui subitement s'est mis à tondre le gazon. Il s'en est excusé ensuite. Un petit bémol tout de même sur notre logement: salle de bain unique avec WC non séparé. c'est vraiment juste pour 5, surtout le matin.

Retour tableau étapes

Jeudi 28 avril.
Bruno nous précise qu'il a passé une mauvaise nuit, dérangements stomacaux. Jojo repart avec ses ampoules.

AfficheAfficheAfficheAffiche
Navarenx, ville fortifiée, nous permet de faire nos courses pour le repas de midi. RempartsPalombieres Nous y retrouvons nos 4 pèlerins rencontrés chez Fritz à Lamothe. Nous avançons et nous nous arrêtons en forêt pour la pause repas. Etape tranquille, vallonée, tour à tour en forêt, parsemée de nombreuses palombières, dans les champs de maïs, le long de chemins récemment plantés de fruitiers anciens, et l'on voit même des vaches. Nous arrivons à Lichos, tout petit hameau. Chambres d'hôtes super, bière d'accueil, la piscine nous est proposée, mais nous n'y allons pas car il est un peu tard. Nos hôtes nous invitent à manger tôt car, nous disent-ils, le midi ils jeunent, compte tenu des repas du soir pris avec les pèlerins; et en effet le repas est très copieux, avec en primeur les petits pois du jardin.

Retour tableau étapes

Vendredi 29 avril.
Ferme basqueUne longue étape nous attend. Nous prenons la route des crêtes, de superbes paysages du pays basque, avec les vaches , les moutons; Stèle de GibraltarNous arrivons à Aroué, et là déception, nous espérions avoir du ravitaillement mais tout est fermé. Nous mangerons au bord de la route avec quelques restes pain de de la veille. Il fait chaud. Nous traversons la Bidouze et abordons la sévère montée heureusement ombragée qui mène à la stèle de Gibraltar. Cette stèle, de forme discoïdale, est située à la jonction des chemins de Tours, Vezelay et le Puy. S'ensuit alors une longue montée à découvert pour atteindre la chapelle de Soyarza, édifiée sur une bute dominante avec une vue de 360° sublime malgré une petite brume de chaleur. Nous faisons une pause. Un peu plus loin, Christian reçoit un appel téléphonique de Marie-France, épouse de Robert, qui nous indique qu'elle et Jacquot, époux de Gilou partent de Ostabat pour venir à notre rencontre comme il était prévu.Chapelle OstabatTous deux finiront avec nous cette portion du chemin jusqu'à Roncevaux. Donc un peu plus tard ce sont les retrouvailles et l'arrivée à Ostabat. L'auberge Ametzanea nous accueille, le patron est cool. Notre logement à l'auberge est très rustique mais correct. Gilou, Jacquot, Marie-France et Robert iront dormir chez la voisine comme prévu. Le repas à l'auberge est très correct.

Retour tableau étapes

Samedi 30 avril.
De l'avis général le petit déjeuner a été très moyen. MaisonDépart 7h50, avec le soleil, ce qui a été rare depuis le départ. et nous voilà au coeur du pays basque avec les belles maisons aux volets rouges, les vaches, les manechs, moutons basques noirs à poils longs ou tondus; Comme ces derniers jours, il n'est pas facile de trouver un coin pour manger, le chemin étant bordé de clôtures; nous trouvons toutefois un coin au bord d'un champ bordé d'une roubine à l'ombre de platanes. Plus nous avançons et plus la concentration de pèlerins augmente.Fleurs rouges A st Jean le vieux nous prenons un café et lions conversation avec des pèlerins venant de l'itinéraire de Tours. Là aussi on constate le phénomène de pèlerins et pèlerines partis seuls et qui se trouvant au hasard du chemin, continuent ensemble le chemin, s'organisant pour se répartir chacun une tache. Dans ce groupe se trouve une dame qui se dit guérisseuse, Jojo, toujours intéressée par ces personnages ira lui demander ensuite son adresse. Nous arrivons à la porte St Jacques, entrée de St Jean Pied de Port.Maneschs Nous descendons la rue de la citadelle et nous nous arrêtons à l'accueil pèlerins; Là c'est la grande foule, nous remplissons notre formulaire et faisons tamponner notre créantiale, passeport indispensable pour faire le camino Frances. Porte St JacquesC'est la raison pour laquelle nous verrons beaucoup d'espagnol venir ici et démarrer le chemin à Roncevaux. Un regard sur les statistiques 2010: 35798 pèlerins sont passés à St Jean Pied de Port y compris donc les espagnols cités précédemment. La maison Benat, où nous nous posons est relativement luxueuse pour des pèlerins, mais au diable, pour un tel périple il faut bien prendre un peu soin de soi-même. L'orage éclate alors que nous buvons une bonne bière à la terrasse d'un café. Nous faisons quelques courses pour le casse-croute de demain. Les filles font les magasins. Repas sympa préparé par notre hôte.

Retour tableau étapes

Dimanche 1er mai.
L'épreuve redoutée: la montée vers Roncevaux.paysages Départ 8h, une foule considérable prend le chemin, beaucoup d'Espagnols et nous comprendrons pourquoi à Roncevaux. Le départ est raide mais sans plus. A Hunto une terrasse de café nous attend, mais nous résistons à la tentation et poursuivons notre chemin, y compris Robert qui jusqu'à présent tentait tous les matins de boire son petit café de 10h. Idem à Orisson. Plus nous nous élevons et plus les paysages des Pyrénées sont sublimes et toujours un beau soleil. ChevauxQuelques raidillons sévères. Le temps fraichi et nous mettons une petite laine. Vers midi la faim nous tenaille. Nous trouvons un endroit abrité, repas somptueux pour un pèlerin, le vin irouleguy offert et porté par Bruno, produits locaux avec jambon cru et gâteau basques. Ensuite le chemin est plus doux , montant quand même. Nous passons la frontière et nous désaltérons à la fontaine de Roland. Point culminant 1430m et le col de Loepderer. La descente dans les fayards est magnifique mais très éprouvante car très pentue. 16h nous arrivons devant l'abbaye de Roncevaux.Pelerins sur la montée de Roncevaux Nous allons à l'accueil du pèlerin, nous achetons les créantiales pour le camino francés et les faisons tamponner. Nous croisons Alain, le pèlerin aux pieds en bouillie à Arthez de Bearn qui devait faire le chemin du nord puis apparemment s'est ravisé et fait le camino frances. Devant la cathédrale une foule d'Espagnols endimanchés entre dans l'édifice, certain sont habillés comme nos pénitents catalans, nous y entrons aussi et apprenons que c'est jour de fête pour les Espagnols avec cérémonie et procession, d'où parait-il le grand nombre d'Espagnols qui font la montée de Ronvevaux ce jour-là.Repas A Roncevaux le groupe se sépare: Robert et Marie-France retrouvent des amis basques et finissent le séjour avec eux. Un taxi que Christian avait réservé vient nous chercher pour nous amener à Ostabat ou nous devons récupérer la voiture et rentrer. Le taxiteur est très volubile et s'avère être le patron du gite d'étape Zazpiak-bat à la sortie de St jean vers Ronvevaux.Basque chanteur Arrivée à Ostabat, le compteur du taxi indique 120 Euros mais le taxiteur nous fait payer les 80 Euros annoncés lors de la réservation. La pluie nous accompagne. Une bière chez le basque Ametzanea, puis nous récupérons la voiture et allons à l'auberge Gaineko-Exea. Une référence sur le chemin. Nous avions été prévenu l'avant veille par la jeune fille qui tenait l'épicerie ou nous avions acheté nos produits basques pour le midi: mon père vous fera chanter des chansons basques. Un repas simple mais animé donc par le patron qui entonne des chants basques et les faits reprendre par toute l'assemblée; au passage il serre les dames et disent-elles il aurait les mains agiles!!!! Une bonne soirée.

Retour à la maison le lendemain.
L'expérience est provisoirement finie. Il est vrai que lorsqu'on s'arrête, en bout du parcours prévus il y a une espèce de nostalgie de ne pouvoir continuer sur la lancée. Mais il faut dire aussi que la fatigue est là, accumulée depuis 15jours, avec les petites blessures aux pieds ou des douleurs diverses. Nous continuerons l'an prochain: objectif l'Espagne, probablement en deux fois; Nous verrons.

ULTREIA !!!

Le budget prévisionnel hors transports était de 3960 Euros et le réalisé de 3820 Euros; Pour la formule d'hébergement et de repas du soir que nous adoptons, à savoir un repas servi et une bonne nuit de repos, le budget moyen réalisé est de 43 Euros par personne et par jour avec des Max/Min suivant: formule 1/2pension 52 Euros par personne à St Jean Pied de Port et 27 Euros par personne à Lamothe. Pour la journée la plus économique ce fut à Arthez de Béarn où nous avons dormi pour 15 Euros par personne la nuit et pris un repas à l'Auberge du Bourdalat pour 11 Euros/personne

santon santon

Insolite

chapeau de JojoPoneysPoterieReprisage

Retour haut de page

N'hésitez pas à nous contactersi vous voulez discuter sur l'expérience en cours